AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]

Aller en bas 
AuteurMessage
Bellatrix Lestrange
Why so serious?
Bellatrix Lestrange

Nombre de messages : 942
Localisation : Appartement 602
Humeur : Curieuse
Date d'inscription : 16/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 1061 $
Réputation:
13/100  (13/100)

MessageSujet: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Ven 17 Déc 2010, 19:19


Les Lestrange sont de retour...
Fuyez pauvres fous...



De retour... De retour après tant d'années.
Cette demeure, elle n'avait jamais été sûre de pouvoir la revoir un jour, et pourtant. Quinze années avaient passé et le manoir Lestrange était toujours là malgré la terrible et longue absence de ses occupants... La poussière et les toiles entassées n'avaient pu venir à bout de la beauté étrange et sombre du lieu, que Bellatrix appréciait tout particulièrement. Progressivement, elle-même et son mari avaient réhabilité les lieux et retrouvé quelques habitudes plongées dans leurs subconscients et leurs souvenirs plus ou moins épars... Oh bien sûr, ils n'y passaient pas non plus beaucoup de temps. Le Seigneur des Ténèbres n'attend pas... Bella, prête à tout pour rester dans les bonnes grâces de son maître, ne rechignait à aucun sacrifice. Mais l'humiliation du semi-échec du Département des Ministères l'avait rendu plus prudente, elle ne souhaitait pour rien au monde subir le même traitement que son beau-frère et sa famille. Elle sentait bien qu'Il lui faisait moins confiance, moins qu'à Severus... Souffrant terriblement de ce qu'elle considérait comme du mépris, elle vacillait entre un état de détresse quand le Seigneur des Ténèbres l'écartait manifestement, et un autre de rage folle lorsqu'il lui donnait enfin sa chance. Devenue plus cruelle -si, c'est possible- face au monde, elle était au contraire et de manière inattendue fragilisée quand elle relâchait ne serait-ce qu'un peu la pression...

C'était le cas en ce début de soirée.
Certains Mangemorts étaient partis en mission, mais leur maître n'avait pas jugé utile de confier quelque chose à son plus fidèle et dévoué lieutenant, Bellatrix... Vexée et blessée, elle était rentrée chez elle précipitamment, son regard foudroyant dissuadant quiconque aurait voulu lui adresser la parole. Ouvrant à la volée la lourde porte du Manoir Lestrange d'un coup de baguette, elle avait rejeté et fait choir à ses pieds sa longue cape noire avant de rejoindre le salon. Son visage était crispé, parfait reflet du trouble qui l'habitait. Elle ne parvenait pas à comprendre, et surtout à accepter. Elle qui avait tant sacrifié, pourquoi tant de cruauté et de dédain à son égard... Sans qu'elle ne s'en rende compte véritablement, elle chercha son époux des yeux. Rodolphus ne pourrait pas l'aider certainement, personne n'était en mesure de faire changer d'avis le Seigneur des Ténèbres... Mais au fond d'elle-même, elle savait que ce poids serait moins lourd à porter si elle le partageait, sans avoir besoin de tout lui dire pour autant. Et puis quoi... Ils étaient mariés, non ? Elle pouvait bien être en sa présence sans raison précise, n'est-ce pas ? Pensées troublantes... Elle les chassa de son esprit, avant de souffler d'un ton qui se voulait -sans vraiment y parvenir- tranquille et relativement détaché :

Rodolphus..?



_________________

Sprite by Sebastian


Dernière édition par Bellatrix Lestrange le Mer 22 Juin 2011, 17:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphus A. Lestrange
Alien, va ! Education minimum.
Rodolphus A. Lestrange

Nombre de messages : 285
Localisation : Appartement 602
Humeur : Joueuse
Date d'inscription : 09/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 30 $
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Ven 17 Déc 2010, 19:23

Dear Bella...

ou « Le retour du couple de Mangemorts le plus redoutable et le plus glamour »


S'il avait dû résumer sa vie durant ces quinze dernières années, Rodolphus aurait hésité entre la souffrance et le désespoir. Le pire n'avait pas été d'être à la merci des Détraqueurs, non, le pire avait été d'être séparé de Bellatrix durant si longtemps. Car bien sûr, les organisateurs de prison possédant autant d'humanité que les scroutts à pétard, il était évident qu'ils n'avaient, premièrement, jamais envisagé l'arrivée d'un couple à Azkaban, deuxièmement, jamais pensé à mettre en place des rencontres entre détenus et, troisièmement, jamais non plus l'idée que cette situation puisse éveiller chez les pensionnaires une irascibilité insoupçonnée ne leur avait effleuré l'esprit.

L'évasion d'Azkaban avait été une triple libération, pour le Mangemort : d'abord, il pouvait enfin quitter ces quatre murs ternes, ensuite, il pourrait à nouveau serrer son épouse contre lui et, enfin, il pourrait de retour servir le Seigneur des Ténèbres avec dévouement et zèle. Oui, dans cet ordre-là. Lestrange accordait plus d'importance à sa femme qu'à son Maître. D'une certaine manière, bien sûr. Les deux personnes étaient extrêmement importantes dans sa vie, mais s'il avait rejoint les Mangemorts, c'était en grande partie parce qu'il savait que son épouse apprécierait ce geste, même si outre cet argument, il y en avait eu un tas d'autres qui l'avaient décidé, de toute manière : les idées de Lord Voldemort rejoignaient tellement les valeurs mises en place dans les vieilles familles de Sang Pur...
Le concours de circonstances avait ainsi fait les choses et Rodolphus ne regrettait rien. Son enfance avait été heureuse... du moins, il n'avait pas à se plaindre... L'adolescence... eh bien, à Poudlard, il y avait tout ce qu'on voulait, dès qu'on savait où chercher, à vrai dire. Alors, là non plus, Lestrange n'avait pas grand-chose à redire. Le mariage était chic, la mariée superbe... Et les activités de couple, tant les fougueux baisers au milieu du sang de moldus que les moments plus romantiques, étaient des moments privilégiés depuis le début. Aux yeux de l'homme, en tout cas.

Puis il y avait cette coupure, ces horribles quinze années passées dans cette taule qui avait failli lui faire perdre la tête. Rodolphus s'était accroché à ses souvenirs et à ses rêves, pour ne pas sombrer... et le Seigneur des Ténèbres avait fini par récompenser ses fidèles serviteurs en les aidant à s'évader de l'île d'Azkaban... L'espoir revenait : Voldemort n'avait pas disparu et son retour signifiait beaucoup de choses !

Enfin, Bella et lui étaient ensemble, à nouveau, et ça, c'était très certainement le plus important. Le retour au manoir Lestrange avait été un peu chaotique, le temps de se réhabituer à quelques petites choses de la vie quotidienne, le temps de se réapprivoiser, aussi, d'une certaine manière... Et voilà où ils en étaient : ce soir, dans le manoir, Rodolphus avait pris un grimoire qu'il tenait de son père et qui traitait de Magie Noire ancienne, tandis que Bellatrix était sortie pour une quelconque tâche. Depuis les retrouvailles hors de cellule, le sorcier avait un peu de mal à se séparer d'elle, mais Bella avait droit à sa liberté. Par respect pour elle, il devait parfois la laisser aller. Même si au fond de lui, il se sentait souvent un peu perdu sans elle. Quinze ans à idéaliser une femme... comment aurait-il pu en être autrement?

Mais ce soir, le bruit que fit la porte d'entrée, ouverte et claquée à la volée, selon toute apparence, poussa Rodolphus à poser l'ouvrage qu'il lisait. Il avait tout le temps de chercher de nouveaux sortilèges de torture, après tout. Il se leva du fauteuil en cuir de dragon qui trônait dans le bureau et se dirigea vers le salon, d'où la voix de son épouse lui vint immédiatement. Cette voix... elle avait gagné en puissance, elle était devenue plus suggestive aussi. Lestrange ferma les yeux une seconde, comme pour savourer l'écho de l'ultime syllabe de son prénom, prononcé avec tant de nuances, puis il les rouvrit et vint à la rencontre de sa belle.


"Bellatrix..."

Il lui souriait, quinze années séparé d'elle, c'était quinze année de trop ! Jamais il n'avait cessé d'essayer d'entrer en contact avec son épouse. Et encore maintenant, il était clair qu'il donnerait tout plutôt que de la perdre à nouveau... ne serait-ce que pour une journée.
Passant la main droite dans les cheveux bouclés de sa moitié, l'homme posait des gestes naturels, avec une infinie douceur, comme s'il craignait de faire s'évanouir un instant plénier.


"Tu es sublime, Bella... Tu le sais, j'espère ?"

_________________


Au bout de mon cigare, il y a certes de la cendre, mais il y a surtout un super beau mec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellatrix Lestrange
Why so serious?
Bellatrix Lestrange

Nombre de messages : 942
Localisation : Appartement 602
Humeur : Curieuse
Date d'inscription : 16/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 1061 $
Réputation:
13/100  (13/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Ven 17 Déc 2010, 19:24


Qui a le coeur,

qu'il ait aussi le corps

Chrétien de Troyes


Pendant quelques malheureuses petites secondes, elle crut que Rodolphus était sorti. Un mélange subtil et explosif de déception, de tristesse et de colère s'empara d'elle et se rajouta aux sombres sentiments qui l'avaient envahi un peu plus tôt. L'impression d'être inutile et délaissée était particulièrement pesante, Bella n'était pas une femme d'intérieur comme elle se plaisait à le dire pour sa sœur Cissy, mais une femme d'action. Une femme de feu. Impulsive, colérique, passionnée. Un cocktail qui pouvait se révéler aussi salvateur que destructeur... Elle réprima l'une de ses crises de rage dont elle avait le secret et prit son mal en patience. Il finirait bien par revenir, et l'accueillir dans un salon ravagé ne serait pas du meilleur effet...

Mais elle n'eut pas le temps de méditer davantage là-dessus que la voix grave de son époux résonna. Elle se tourna vers lui lentement, royalement diraient certains, et plongea son regard sombre et digne dans le sien. Un furtif sourire étira l'espace d'un instant ses lèvres rouges tandis qu'elle minaudait, faussement indignée :

Je t'ai attendu...

Caprice léger d'une femme soulagée, on aurait pu croire qu'après l'avoir appelé elle se jetterait dans ses bras, mais ce ne serait plus Bella, ce ne serait plus eux. Alors qu'il posait une main rassurante sur elle et prononçait des mots doux à faire pâlir d'envie n'importe quelle femme, elle glissa ses doigts fins sur sa joue et l'effleura avec une certaine volupté... Elle retrouvait dans les yeux de Rodolphus ce qu'elle avait vainement -et sans doute stupidement- cherché dans ceux du Seigneur des Ténèbres, et bien plus encore. Oui, il lui offrait bien plus. Que de temps perdu..! En voulant briller aux yeux de leur maitre, elle avait failli oublier cette étincelle qui crépitait depuis si longtemps... Mais Bella était changeante. Peut-être réalisait-elle aujourd'hui ce qui lui semblerait pâle et obscur demain... Mais laissons le temps et le destin en décider.

Je sais que le temps nous a manqué ces dernières années pour que je te le prouve...

Elle s'approcha davantage de lui, son regard noir et profond se plongeant dans le sien sans retour possible, si proche de lui qu'elle pouvait sentir son souffle frôler sa peau au rythme de sa respiration... Ils étaient tous partis en mission, et puisque le maître les laisser délibérément de côté, elle ne se refuserait pas un moment réservé et intime avec son mari... D'ailleurs à l'instant, elle ne pensait même plus au Seigneur des Ténèbres. La force d'un regard attentionné et la chaleur du corps lui avaient plus manqué qu'elle ne le pensait, et il était agréable de retrouver ces sensations perdues...

Tu as une idée de comment nous pourrions rattraper le temps perdu ?

Un sourire de nouveau éphémère et un brin malicieux traversa son visage qui autrement restait enveloppé de mystère et de droiture. N'oubliez jamais que vous n'avez pas affaire à un couple comme les autres... Immanquablement, le regard brillant d'une lueur intéressée et subtilement séductrice, elle le mettait au défi de la surprendre.


_________________

Sprite by Sebastian


Dernière édition par Bellatrix Lestrange le Sam 18 Déc 2010, 02:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphus A. Lestrange
Alien, va ! Education minimum.
Rodolphus A. Lestrange

Nombre de messages : 285
Localisation : Appartement 602
Humeur : Joueuse
Date d'inscription : 09/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 30 $
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Ven 17 Déc 2010, 19:27

Spoiler:
 

Can this be real...

or just some dream that feels so true ?


S'il y avait bien une chose qui avait manqué à Rodolphus dans sa cellule, c'était bien le visage de son épouse. Rester intact après quinze ans de prison, ce n'était pas facile... et autant le dire tout de suite, c'était même impossible. Pourtant, si le visage et le corps de l'homme avaient un peu changé durant ce laps de temps – ses traits, par exemple, n'avaient pas manqué de se durcir –, il était parvenu à garder – et même à enrichir – sa passion pour sa femme. Car, oui, c'était bien parce qu'il l'aimait vraiment qu'il avait tâché de ne pas se laisser vider la tête et le coeur par les Détraqueurs. Comment aurait-il pu être encore ce sorcier fier et droit, qui portait dignement le nom de Lestrange, s'il avait succombé, s'il n'avait pas gardé espoir et s'il ne s'était pas battu pour garder la tête sur les épaules ?

En la regardant, dans l'ombre du soir, dans cette lumière tamisée qui filtrait du dehors à travers les fenêtres grisâtres, Rodolphus voyait en Bellatrix la seule raison valable de continuer à vivre. Mourir pour une cause, il n'était pas contre. Mais il serait mort mille fois, même dans les pires souffrances, si cela pouvait assurer à son épouse une vie meilleure. C'était sans doute cet amour sans tache, sans faille et toujours plein d'espoir, cet amour indicible qu'il vouait à Bellatrix, qui avait poussé Rabastan à prendre quelque distance... mais qu'à cela ne tienne, la seule personne capable de rendre Rodolphus heureux n'était pas son frère, mais bien Bellatrix.
Certes, il y avait des hauts et des bas, des sautes d'humeur qui mobilisaient tout le temps et la disponibilité de la belle, mais Lestrange, s'il se sentait sur le coup profondément blessé, relevait vite la tête. Un homme comme lui ne pouvait être faible. Et la douleur que lui inspirait l'attitude parfois lointaine de sa moitié, il finissait toujours par la cacher et l'enfouir bien profondément pour tenter de l'étouffer.

Ce soir, les yeux de Bellatrix brillaient d'une toute autre étincelle que celle de la folie meurtrière. Ce soir, la torture n'était pas au programme. Elle désirait autre chose. Et la caresse de la main féminine sur la joue du sorcier confirma cette hypothèse.


"J'espère bien..."

Si elle l'avait attendu, c'était qu'elle voulait être avec lui. C'était aussi simple que cela. Et cette déduction, aussi minine soit-elle, conférait à cet instant une part de magie que Lestrange appréciait fortement. La main de Bella sur sa joue, sa main à lui dans la chevelure féminine... Rodolphus laissa ses doigts glisser le long de la joue de sa belle pour laisser ensuite l'index parcourir doucement les lèvres pleines et rouges...

Dans de tels moments, Rodolphus faisait preuve d'une infinie douceur. L'attitude de Bellatrix l'y invitait, d'une certaine manière. Il la connaissait assez, du moins l'espérait-il, pour sentir que lorsqu'elle agissait de la sorte, son épouse ne désirait guère pratiquer des activités ayant trait à la chasse aux sang-de-bourbe ou aux traîtres à leur sang. Peut-être avait-elle juste, et simplement, besoin d'un peu de tendresse et de douceur... après une si longue séparation, l'homme n'aspirait qu'à pouvoir étreindre sa chère femme contre lui. Ici ou ailleurs, dans le confort du manoir délaissé ou dans un bain de sang, peu lui importait ce que Bella désirait, lui, il ne voulait que lui plaire et lui faire plaisir.
Et comme elle lui demandait s'il avait une idée pour rattraper le temps perdu, Rodolphus se pencha légèrement, laissant sa main prendre doucement le menton de Bella.


"J'hésite entre une orgie et une soirée calme, juste entre nous... Qu'est-ce qui te ferait plaisir ?"

Il fallait se réapprivoiser, peut-être se redécouvrir, comme si c'était un premier rendez-vous... L'idée avait effleuré l'esprit du sorcier alors qu'il regardait les yeux sombres de sa femme. Ce regard-là, il ne l'avait pas souvent vu... Alors, il craignait de commettre un impair, après tout ce temps, les choses n'étaient pas évidentes...


_________________


Au bout de mon cigare, il y a certes de la cendre, mais il y a surtout un super beau mec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellatrix Lestrange
Why so serious?
Bellatrix Lestrange

Nombre de messages : 942
Localisation : Appartement 602
Humeur : Curieuse
Date d'inscription : 16/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 1061 $
Réputation:
13/100  (13/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Ven 17 Déc 2010, 19:27


Le cœur a des pensées

que ne dit pas la bouche.

Chrétien de Troyes


Qu'il pouvait être tendre et attentionné... Qui croirait qu'il s'agissait là de Rodolphus et Bellatrix Lestrange, les terribles Mangemorts responsables de dizaines et de dizaines de meurtres... Ceux-là mêmes qui, non contents de provoquer mort et désolation dans leur sillage, avaient torturé jusqu'à la folie un couple venant de mettre au monde un enfant... Qui le croirait ?
Pourtant, ces attentions là n'avaient rien de théâtrales... C'était des gestes naturels, certes un peu hésitants et mal assurés comme pouvaient l'être ceux des adolescents... Après toutes ces années, il fallait réapprendre patiemment la douceur de ces moments perdus... Mais Bella était tout sauf patiente, soit elle voulait tout, avec passion et folie, soit elle rejetait avec le plus froid dédain. A cette soirée, la balance semblait pencher pour le premier cas, et de loin. De fait, elle ressentait une certaine frustration à l'idée de ne pas savoir. Les caresses, les mains qui se frôlent, les regards de velours, elle connaissait et ne s'en privait pas à cet instant. Mais elle voulait plus. Bien plus, mais comment le montrer ? Ils n'avaient dernièrement connu que la froideur et la violence entre les murs d'Azkaban, ainsi les instants qu'ils avaient pu partager il y a plus de quinze ans lui paraissaient inaccessibles. Mais qu'en pensait Rodolphus..? Elle sentit ses doigts sur ses lèvres et releva ses yeux dans les siens, cherchant du même coup à le sonder au plus profond de son âme... C'est pourquoi elle lui laissa l'initiative, vérifiant par là-même si ce qu'elle pouvait sentir remuer en elle était partagé ou non...

Rodolphus eut alors ce geste, apparemment simple, mais qu'elle n'aurait laissé personne d'autre faire. Avec une douceur certaine, il avait pris son menton entre ses doigts, liant ainsi de manière plus intense encore leurs regards. Elle aurait été d'une autre humeur, elle l'aurait peut-être mal pris. Mais à l'instant, c'était tout autre. Brûlante, cette douce domination consentie qu'il lui faisait subir lui arracha un frisson qui parcourut toute son échine. Il en résulta deux options : orgie ou soirée calme... Ce dilemme inattendu lui arracha un rire. Oui, un rire. Sonore, léger, toujours un rien enfantin. Un rire qui n'avait rien de moqueur, qui tirait plus vers la surprise et l'intérêt.

Je n'aime pas choisir...

Car choisir impliquait de laisser quelque chose derrière soi, de perdre, de ne pas savoir tout prendre... Or, Bellatrix voulait toujours tout, entièrement, pleinement, passionnément.

Alors. Je suis partisane de la soirée-orgie-à-deux...

En un mouvement elle se hissa sur la pointe des pieds et glissa une main dans la nuque de son époux, ses lèvres rencontrèrent alors les siennes avec une passion à peine dévoilée, juste assez pour plaire et laisser présager le meilleur, pas assez pour se contenter de si peu... Ses talons retrouvèrent ensuite le sol dans un claquement et après un regard charmeur et sombre comme elle savait si bien les faire, elle transplana dans une volute de fumée noire... Elle réapparut au sommet du grand escalier, ses boucles sombres et légèrement désordonnées encadrant son visage frondeur tandis qu'elle le dévorait des yeux, avant qu'elle ne s'enfuie rapidement dans une pièce, plus précisément l'une des nombreuses chambres du Manoir Lestrange...

Attrape moi..!



_________________

Sprite by Sebastian


Dernière édition par Bellatrix Lestrange le Sam 18 Déc 2010, 02:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphus A. Lestrange
Alien, va ! Education minimum.
Rodolphus A. Lestrange

Nombre de messages : 285
Localisation : Appartement 602
Humeur : Joueuse
Date d'inscription : 09/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 30 $
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Ven 17 Déc 2010, 19:29

Et surtout soyons-nous

l'un à l'autre indulgents.


Paul Verlaine


Oui, il était étrange de pouvoir se dire que ce couple de Mangemorts que tout le monde redoutait, ce couple qui se plaisait tant dans le sang était capable de partager des moments plus calmes et plus tendres. Rodolphus avait toujours apprécié les moments de tendresse et, s'ils avaient toujours été plutôt rares, il était évident que cette rareté valait son pesant d'or aux yeux de l'homme. Un soupçon de romantisme, cela mettait toujours de la chaleur dans les coeurs. Alors, oui, en effet, Lestrange était de ces hommes qui accordaient de l'importance à l'art et la manière. Et l'art d'aimer, eh bien, cela entrait bel et bien dans cette norme à ses yeux.
Vous savez, quand vous aimez vraiment quelqu'un, de tout votre coeur, de toute votre âme... de tout votre être, en fait, peu importe ce qui peut arriver, l'autre reste toujours le plus important. Bellatrix n'en avait peut-être pas conscience - pourtant, une Occlumens si excellente devait très certainement pouvoir sonder l'esprit d'un homme comme lui, même s'il avait un talent certain pour l'occlumancie, lui aussi... - mais Rodolphus était fou d'elle. Depuis des années. Il y avait bien eu des tentatives, des recherches auprès d'autres, mais elle seule détenait la clef. C'était elle, depuis toujours... La femme de sa vie...

Même dans les pires moments, il était resté accroché à ce sentiment qui, plus de quinze ans auparavant, semblait hors de propos, parce que le temps était à la guerre, parce que la vie ne semblait plus avoir de sens... Peut-être cette attitude avait-elle fini par convaincre la belle que cela faisait partie des choses importantes de la vie. Car si servir le Seigneur des Ténèbres était une vocation et une joie, l'amour vrai, celui qui se construit peu à peu et qui dure, celui-là seul pouvait donner un réel sens à la vie. Effectivement, Rodolphus était un incorrigible romantique. Pas toujours, c'était par passades... mais il tenait avant tout à être agréable à sa dulcinée...

Au fond, la séparation de quinze ans, ça avait renforcé l'image que Lestrange avait de sa femme. C'était grâce à elle qu'il n'avait pas perdu la tête. En la regardant dans les yeux, en cet instant, il eut le sentiment que son épouse était décidément ce qu'il avait de plus cher. Peu lui importaient les moments de doute qu'il avait eus, quand il avait songé que, peut-être, elle lui préférait un autre. Tout cela s'effaçait dans l'obscurité des pupilles adorées. Rodolphus n'avait qu'une envie : serrer sa femme contre lui et lui manifester à quel point elle lui avait manqué... mais déjà, elle l'embrassait légèrement, après avoir ri et juste avant de disparaître en lançant un petit jeu. L'homme sourit. Il aimait cette fougue et cet empressement, c'était tellement Bella...


"Je t'aurais, Bella, n'en doute pas !"

Il s'était adressé vers l'escalier, sachant très bien que son épouse, qui avait dit désirer une orgie-calme-et-rien-qu'à-deux, n'allait pas s'enfuir.
Et Crac ! il transplana à son tour. Si elle voulait jouer à cache-cache, il la trouverait, dût-il retourner tout le manoir pour cela.

Rodolphus commença par se rendre à la cave, où il s'empara de deux bouteilles de champagne. Un véritable trésor en lui-même, d'ailleurs, un millésime de plus de quinze ans, vous pensez bien que ça ne courait pas les rues...
Le sorcier transplana de nouveau. Cuisine. Direction : l'armoire à verres. Dans le jeu du cache-cache, il était toujours excitant pour la personne cachée d'attendre l'autre en scrutant, en observant... Et lui, eh bien, il en profitait pour préparer de quoi agrémenter la soirée. Les flûtes dans la main, les deux bouteilles dans l'autre, Lestrange eut à nouveau un sourire et transplana à l'étage, plutôt que de se mettre à gravir l'escalier, doucement, en faisant grincer les marches qui auraient sans doute indiqué son arrivée toute proche à l'étage... La surprise était plus amusante. La question à présent était de savoir dans quelle chambre Bella s'était planquée. L'homme posa le champagne et les verres sur un guéridon.
Une porte était entrouverte. Rodolphus plissa légèrement les yeux puis s'y engouffra en courant, sans savoir si son épouse s'y trouverait ou non.


_________________


Au bout de mon cigare, il y a certes de la cendre, mais il y a surtout un super beau mec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellatrix Lestrange
Why so serious?
Bellatrix Lestrange

Nombre de messages : 942
Localisation : Appartement 602
Humeur : Curieuse
Date d'inscription : 16/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 1061 $
Réputation:
13/100  (13/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Ven 17 Déc 2010, 19:29


Et souviens-toi que je t'attends
Apollinaire


Peut-être que cela paraissait futile et enfantin. Sans doute les autres Mangemorts, s'ils apprenaient l'existence d'un tel jeu, ne manqueraient pas de rire sous cape de leurs comportements. Mais peu importe. Il n'y avait qu'eux ici, et Bellatrix n'avait honte de rien. Ou tout du moins, elle n'avait pas honte de Rodolphus, d'elle, de leur relation. Elle n'écoutait jamais ce que lui disaient ses confrères, et n'en faisait toujours qu'à sa tête... Enfin, plutôt comme le maître le désirait. Mais lorsqu'aucune directive était donnée, elle n'hésitait pas à réduire au silence ceux qui oseraient la déranger. Quelques fois certains petits malins se plaisaient à tenter de semer le doute en elle... Ils crachaient des mots déplaisants. Mettaient en doute la foi du Seigneur des Ténèbres en elle. Ils leur étaient également arrivés de souffler que même son mari la délaissait, au profit d'autres conquêtes. Un petit Doloris hurlé contre eux mettait souvent un terme à ces propos désagréables... Si elle y croyait ? Si tel était le cas, elle ne jouerait pas l'insouciance à ses côtés... Elle n'aurait pas cherché son contact et ses lèvres. Non, Rodolphus ne pouvait pas la trahir, c'était tout bonnement impensable. La simple idée suggérée lui faisaient monter le sang aux tempes et tambouriner son cœur avec violence.

Cachée à l'étage, Bella écoutait très attentivement ce qui se passait en dessous. Elle s'entendait à entendre les marches grincer, mais rien. Il avait dû transplaner lui aussi... Un sourire s'installa sur son visage étonnamment lumineux ce soir-là et elle entrouvrit la porte pour observer le couloir. Nul Rodolphus. Le sourire prit congé et laissa sa place à une moue passablement désappointée et déçue. Pour une fois qu'elle voulait jouer sans baguette ni hémoglobine ! Oserait-il lui faire faux-bond ? Rejetant rageusement l'une de ses boucles sombres qui tombait devant ses yeux, elle croisait les bras. Colérique, emportée et impatiente femme... On dit souvent que ce sont les défauts des passionnées. Et de celles qui n'ont pas toute confiance en elles-mêmes.

Trop occupée à penser elle ne ressentit pas la présence de son époux se rapprocher. Elle n'eut que le temps de se retourner dans un bond pour le voir fondre sur elle... Un léger soupir de surprise s'échappa d'entre ses lèvres entrouvertes tandis qu'elle le dévisageait, une nouvelle lueur d'intérêt au fond de ses yeux sombres... Elle se questionnait, et finit par prononcer à haute voix ce qui lui trottait dans la tête :

Qu'est-ce que tu as trafiqué tout ce temps...

Tout ce temps ? Pas patiente, on l'a déjà rappelé...
Elle lui tourna légèrement autour et son regard fut attiré vers la porte, la réponse était sûrement derrière, mais puisqu'elle voulait être surprise, autant laisser Rodolphus faire n'est-ce pas..? Elle se rapprocha de lui encore une fois, et posa le plat de sa main gauche sur son torse, remontant pour dessiner distraitement ses épaules du bout des ongles.

Rodolphus

Ses yeux se plongèrent dans les siens avec une intensité rare, comme pour y déceler la moindre hésitation, le plus infime frissonnement révélateur.

Qu'est-ce qui compte le plus à tes yeux ?

Une question que l'on pouvait comprendre de mille façons différentes. Mais Bella ne manquait pas d'esprit, et savait parfaitement que la façon dont il comprendrait la question serait déjà une grande source d'informations... Pour autant, elle ne cherchait pas à le piéger. Peut-être simplement à le comprendre un peu mieux.

Je pourrais subtiliser la réponse contre ton grès, mais je préfère l'entendre de ta bouche...

Ses doigts fins frôlèrent sur ses lèvres et elle esquissa un sourire en coin. Elle était une occlumens douée, et en le prenant par surprise, elle aurait effectivement pu obtenir une réponse sans lui poser la question... Mais à quoi bon. Il ne s'agissait pas d'un stupide Mangemort, après tout, mais de Rodolphus Lestrange. Elle se hissa de quelques centimètres et retrouva à nouveau fugacement le contact de ses lèvres sur les siennes... Un doux retour qui rappelait quelques sensations lointaines et pourtant encore brûlantes, qu'elle avait cru perdues. Se réapprivoiser peu à peu...


_________________

Sprite by Sebastian


Dernière édition par Bellatrix Lestrange le Sam 18 Déc 2010, 02:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphus A. Lestrange
Alien, va ! Education minimum.
Rodolphus A. Lestrange

Nombre de messages : 285
Localisation : Appartement 602
Humeur : Joueuse
Date d'inscription : 09/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 30 $
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Ven 17 Déc 2010, 19:31

Il ne faut pas voir

la réalité telle

que je suis.


Paul Eluard


Dans ces petits jeux, ce qui était terriblement prenant, c'était le sentiment de retrouver une jeunesse toute innocente, le genre de sensation que vous ne ressentez que très rarement une fois la trentaine passée. Un cache-cache coquin, cela créait un suspense, cela entretenait le désir et cela vous apprenait une forme de patience. Le plus important restant, comme toujours, la surprise qui vous attendait, ici ou ailleurs.
Rodolphus jouait le jeu. C'était Bellatrix qui édictait les règles, ce soir, mais les règles de ces jeux-là, on peut les contourner ou les adapter à sa manière un peu comme on le veut, ce n'est jamais vraiment dérangeant.
Ainsi, l'homme, par l'interstice de la porte, était entré rapidement dans la pièce, laissant hors de là le champagne et la promesse d'un peu de douceur et de bulles.

Il avait fondu sur elle tel un oiseau de proie, dévorant des yeux celle qui le maintenait en forme depuis toujours, la considérant comme la panacée de tous les maux qui pouvaient lui tomber dessus. Et voilà qu'elle le regardait, de ses magnifiques yeux sombres, qui lui avaient toujours fait penser à un ciel de nuit peu étoilée, vous savez, ces nuit sans lune où tout semble magique, même sans baguette... C'était un monde différent et se perdre dans ce regard était un souhait que Lestrange avait souvent formulé en silence, dans sa cellule d'Azkaban.
Les paroles qu'elle prononça le firent sourire... Tsss cette impatience, c'était un trait de caractère qui rendait Bellatrix tellement vulnérable, d'une certaine manière... Cette impatience, mise face à la patience d'un homme, cela pouvait faire des ravages. Rodolphus connaissait suffisamment son épouse pour savoir qu'il valait mieux ne pas la faire trop attendre s'il tenait à passer un bon moment avec elle... Effleurant sa joue du bout des lèvres, il lui répondit dans un souffle :


"Tu préfèreras découvrir ça par après, sois-en sûre..."

Ménager des surprises, dans un couple, ça avait toute son importance. Et cela entretenait une atmosphère qui possédait en elle tout un tas d'émotions diverses et bienvenues, très souvent.
Elle avait posé le plat de la main sur son torse et l'homme sentit aussitôt quelque chose se réveiller en lui. Etait-ce un frisson qui lui partait du torse pour passer dans sa nuque et lui parcourir l'échine? Il semblait bien... Les mouvements que faisaient les mains de Bella avaient quelque chose de doux et de fort à la fois, comme s'ils exprimaient un tas de choses que l'esprit humain n'est pas à même de percevoir entièrement. Puis voilà que d'autres paroles passèrent les lèvres rouges de la belle...

Rodolphus n'hésita pas. Face à une telle question, il n'avait que le choix de répondre de deux manières : soit il manifestait sa loyauté au Seigneur des Ténèbres, soit il manifestait son amour à son épouse. Lequel des deux sentiments était le plus fort ? La question ne se posait même pas...
Il était vrai que sa moitié pouvait aisément fouiller son esprit pour y trouver la réponse, il n'aurait même pas cherché à résister. Mais, comme elle le disait, les mots avaient une toute autre portée, et les prononcer, comme les entendre d'ailleurs, donnaient toute leur importance à ce qu'ils signifiaient...


"C'est toi, Bella, ça a toujours été toi, depuis le début... Je me fiche pas mal du reste, tant que tu es là, tant que je peux me couper en quatre pour toi... Peu m'importe le reste..."

Quant aux doutes, aux angoisses et aux sentiments controversés que cette relation avait déjà pu susciter, ils n'étaient pas à l'ordre du jour. Lestrange n'avait rien à ajouter, la majeure partie de ses actions avaient été guidées par le sentiment qu'il portait à son épouse. Si elle lui avait demandé de partir loin, tous les deux, pour vivre en ermites au fond des bois, sans le luxe et sans confort, il aurait foncé, pourvu que cela puisse faire plaisir à Bellatrix. Il aimait tant la voir sourire, il adorait tellement son visage lorsqu'il reflétait le bonheur... Cela paraissait un peu loin, dans le passé, mais rien n'en empêchait le retour, maintenant qu'il n'y avait plus de murs grisâtres entre eux...

L'homme se pencha un peu plus vers le visage de sa dulcinée. Que ce soit pour une gifle ou pour un baiser, il avait été honnête et il voulait capturer les lèvres de Bella pour quelques instants. Il ajouta dans un murmure :


"Je me damnerais pour toi, tu le sais bien..."

N'était-ce pas, d'ailleurs, ce qu'il avait fait ?

_________________


Au bout de mon cigare, il y a certes de la cendre, mais il y a surtout un super beau mec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellatrix Lestrange
Why so serious?
Bellatrix Lestrange

Nombre de messages : 942
Localisation : Appartement 602
Humeur : Curieuse
Date d'inscription : 16/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 1061 $
Réputation:
13/100  (13/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Ven 17 Déc 2010, 19:31


Rêvons, c'est l'heure.

C'est l'heure exquise.

Verlaine


Comme elle l'avait escompté, Rodolphus choisit de préserver encore un temps la surprise, qui finirait par se révéler à elle à force de patience... D'ordinaire, elle aurait pu s'en offusquer et le sommer de lui dire ce qu'il tramait. Mais cette nuit, elle avait choisit de se laisser prendre au jeu, de son plein grès, invité à ces douceurs par son époux... Comment refusait ceci à un homme aussi charmant et beau hum ? Elle esquissa un sourire, qui transforma son air relativement boudeur en une moue mutine. D'un geste doux, elle remit le col de son haut avec soin et une application presque religieuse, entourant ce corps robuste d'homme avec une pointe de possessivité, avant de passer sa main sur sa joue délicatement et de murmurer toute proche de lui...

J'ai hâte, mais je saurais laisser ce sentiment grandir...

Elle lui avait finalement posé la question qui lui brûlait les lèvres, avec une certaine appréhension qu'elle ne s'expliquait pas. Après tout elle avait confiance en lui... Mais elle n'était pas sûre de ce qu'elle désirait entendre. Voulait-elle que Rodolphus jure son allégeance au Seigneur des Ténèbres ? Ou souhaitait-elle qu'il choisisse leur couple ? La vérité était trouble, elle ne savait la discerner en elle réellement... Mais ce qu'elle savait, c'était que toute autre réponse ne serait pas acceptable. A sa grande surprise, son mari ne sembla pas hésité longtemps. Y avait-il pensé auparavant, ou était-ce tout naturel à ses yeux ? A cette pensée, elle frissonna.

Sa réponse engendra une réaction encore plus vive. Ses doigts tressaillirent et ses yeux brillèrent d'une lueur inhabituelle, mêlant surprise, intérêt... et un sentiment qu'elle pourrait, si elle osait, appeler amour. Son cœur frappait avec force contre sa poitrine, si fort qu'elle crut que Rodolphus lui-même pourrait l'entendre... Plongée au fin fond d'elle-même, elle sursauta légèrement quand la silhouette puissante de Rodolphus s'abaissa vers elle, et à ce murmure... Oh, ce murmure... Il aurait pu lui promettre une salle entière de traitres à leur sang et de moldus à torturer, il aurait pu lui livrer Nymphadora en gibier, elle n'aurait pas autant aimer, loin de là...

Damné...

Ce qu'elle ressentit au fond d'elle-même, au plus profond de son âme, était indescriptible, et sans doute indigne pour une Mangemort. Mais à cet instant précis, ce n'était pas ce qui importait. Ce qui comptait, c'était lui. Ce qu'il représentait. Sa force. Son regard. Sa bouche, si désirable... Elle se mordit les lèvres et dans un bond impulsif et instinctif, elle sauta dans ses bras et l'embrassa. Presque sauvagement, passionnément, follement.


_________________

Sprite by Sebastian


Dernière édition par Bellatrix Lestrange le Sam 18 Déc 2010, 02:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphus A. Lestrange
Alien, va ! Education minimum.
Rodolphus A. Lestrange

Nombre de messages : 285
Localisation : Appartement 602
Humeur : Joueuse
Date d'inscription : 09/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 30 $
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Ven 17 Déc 2010, 19:32

Pour ce rien

cet impondérable

Qui fait qu'on

croit à l'incroyable...


Jean Ferrat


Dans des moments comme celui-là, on se laisse facilement aller au rêve et au questionnement. L'avenir, le bonheur... ce genre de choses. On pouvait aussi repenser à un passé lointain... comme celui du bal de Noël de Poudlard lorsque Rodolphus avait été tout à fait charmé par celle qui allait devenir sa femme quelques années à peine plus tard...

. : f l a s h - b a c k : .

Elle était là, sublime et énigmatique, se distinguant très clairement du reste de l'assemblée - des badauds sans originalité pour la plupart - et se dirigea vers le bar. Devinant sa direction, Rodolphus prit les devants, se réglant sur sa trajectoire, et alla vers ce qui serait, à n'en pas douter, leur point de convergence au niveau du comptoir. Arrivé devant le serveur, il commanda prestement deux coupes de champagne - les femmes adorent le champagne - et attendit l'arrivée de l'Envie, sachant sciemment que l'adage "premier arrivé, premier servi" était loin d'être démodé.

Les deux verres servis, il les prit en main, et se retourna pour faire face à la donzelle. De suite, il voulut lui faire l'effet des yeux pénétrants et acérés. Mais le résultat inverse se produisit, son essai d'hypnose ayant eu, sur elle, l'effet d'un pétard mouillé. Lestrange fut subjugué, sans pour autant être au bout de ses surprises, par ses prunelles foncées qui accaparèrent la totalité de ses pensées. Le seul avis sensé qui, suite à cette confrontation, lui vint à l'esprit fut de se dire qu'il la voulait, et qu'il mettrait tout en œuvre pour l'accomplissement de cette volonté.

Aussi, il appliquait la phase un du plan. Rodolphus essayait de la saouler.

Après lui avoir fait vider la première flûte, une brève œillade au garçon de service - qui décidément deviennent de plus en plus perspicaces - suffit pour que ce dernier vienne leur rendre visite en compagnie d'un joli plateau argenté sur lequel trônaient deux beaux récipients contenant un liquide gazeux, certainement alcoolisé. Déjà, la conversation était devenue plus familière. Plusieurs fois, il réussit à la faire rire.

Tout au long de la descente des verres, il put remarquer à quel point elle était belle, débordante de charme, dans sa robe couleur de nuit, malgré l'absence d'atours supplémentaires. Sa voix virile, grave et chaleureuse, jouait en sa faveur et son mètre quatre-vingts le conforta dans l'idée qu'elle était faite pour lui. Il la voulait plus encore. Sans oublier que vraiment, il aimait regarder, discrètement, son très joli décolleté.

. : f i n d u f l a s h - b a c k : .

Il y avait des années de cela et l'homme était toujours aussi envoûté par sa belle. Le champagne, avec des explo-bulles qui devaient avoir gagné en saveur avec les années, attendrait encore un peu. Pour le moment, Rodolphus tenait à profiter de l'exquisité d'un instant tout à fait authentique, un instant comme le couple n'en avait pas eu depuis un certain temps... et même un temps certain. Il avait souri devant l'impatience, c'était un trait du caractère de Bellatrix qui la rendait si chère à ses yeux... Pour tout un tas de choses, la sorcière manifestait cette passion qui ne lui laissait pas d'autre choix que de se faire violence pour attendre. Car Bella était d'un caractère passionné, c'était une évidence déjà durant les années Poudlard.

Passionnée, oui... mais à quel point ? Là restait un point d'interrogation sans aucune amorce de réponse. Lestrange savait pertinemment que son épouse gardait en elle des zones d'ombre, des mystères... et chercher à les mettre à jour prenait du temps. Le temps de la découverte un temps qu'il fallait prendre pour réapprivoiser l'autre après tant d'années...

Impossible de décrire exactement ce qui se passa lorsqu'il répondit à la question de sa dulcinée. Il avait été franc, sincère. Bella était sa raison de vivre, la personne capable de donner un sens à sa vie. Aurait-elle pu ignorer cela jusqu'ici ? Aucune idée. Quoi qu'il en soit, la digne descendante des Black eut comme une montée d'énergie quand l'homme se pencha vers elle... En un éclair, Rodolphus se retrouva avec son épouse au creux des bras, où elle avait bondi avec la vivacité et la passion qui faisaient d'elle une excellente Mangemorte. La serrant un peu plus contre lui, Lestrange savoura le baiser fougueux et... oui, sauvage de son épouse. Baiser auquel il répondit, les paupières baissées, comme s'il s'agissait d'un renouvellement de l'acte de mariage. Malgré toutes les épreuves qu'ils avaient traversées, et qu'ils traversaient encore, le sentiment de l'homme était intact et il aurait été prêt à renouveler ses voeux à tout moment, si sa belle le lui demandait.

Glissant la main dans le dos de sa femme, Rodolphus effleura doucement sa colonne vertébrale et descendit jusqu'aux hanches de Bellatrix, avant de se pencher à nouveau pour que la main puisse atteindre le creux du genou. Alors, il la souleva, un bras sous les denoux, l'autre juste sous les omoplates, et, avec un sourire, il la regarda un instant.


"Tu permets... ?"

A cette distance, le parfum de la belle emplissait les narines du Mangemort et il se rappelait exactement la fragrance qu'elle avait le jour de leur mariage. Le parfum avait un peu changé, mais il était toujours aussi enivrant.


_________________


Au bout de mon cigare, il y a certes de la cendre, mais il y a surtout un super beau mec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellatrix Lestrange
Why so serious?
Bellatrix Lestrange

Nombre de messages : 942
Localisation : Appartement 602
Humeur : Curieuse
Date d'inscription : 16/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 1061 $
Réputation:
13/100  (13/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Ven 17 Déc 2010, 19:33


Ce charme a pris âme et corps

Et dispersé les efforts.

Arthur Rimbaud


Impatience et Passion vont souvent de pair, mais ne font que rarement bon mélange. Bellatrix était de ceux qui retiennent en leur âme et ces deux forces divergentes et puissantes, mais personne ne peut réellement les contenir, alors comment ne pas exploser ? Certains la pensaient folles, beaucoup craignaient ses colères, son caractère changeant, impulsif, à la fois gamin et sadique, tortueux. La mangemort savait redoubler d'imagination pour contenter victimes et fans. Elle ne souffrait d'aucune limite, d'aucune entrave morale, elle ne se pliait qu'aux ordres du maître : tout ce qu'il ne lui interdisait pas était permis. Autant dire que le champ restait large...

Oui... Tout le monde connaissait cette Bellatrix là. Mais celle qui se trouvait à l'instant entre les bras de Rodolphus, peu pouvaient se vanter de la côtoyer. Peut-être son époux était-il le seul. Elle n'était pas une experte pour ce qui était des démonstrations affectives, loin de là, obnubilée par ses missions elle avait négligé ce que certains appellent détestablement le "devoir conjugal"... Mis de côté la flamme des sentiments qui existait pourtant bel et bien, et dirigé sa passion uniquement vers l'œuvre de Voldemort. Est-ce que c'était une erreur ? A ces instants, ses lèvres contre celles de Rodolphus, la réponse lui paraissait plus qu'évidente. Mais il n'était pas trop tard non...

Son regard quelque peu langoureux plongea dans celui de son mari, et elle fut intérieurement ravie d'y voir scintiller les mêmes lueurs qui animaient déjà ses yeux alors qu'ils n'étaient tout deux que des adolescents... Non, elle n'avait pas oublié. C'était des moments simples, pouvant même paraître dérisoires. Pourtant, étonnamment, ils avaient leur importance pour Bella. Ses pensées et ses souvenirs emplissaient son esprit et son cœur quand elle sentit que Rodolphus la soulevait avec facilité... Une main posée sur son torse et la seconde glissée suavement dans sa nuque, elle esquissa un léger sourire, répondant à la question soufflée par une autre murmurée contre ses lèvres...

Tu te souviens du bal de Noël..?

Elle n'était pas certaine de sa réponse, après tout, Azkaban pouvait avoir laissé des séquelles sur la mémoire... Néanmoins, elle avait l'intime conviction qu'il pouvait encore se souvenir de quelques bribes de ces moments passés.

C'était une belle soirée...

Préférant pour le moment rester dans l'évasif, elle posa délicatement son visage au creux de son cou... L'odeur chaude et sensuelle de sa peau lui plut, mais là où d'autres auraient soupirées d'aise, elle mordilla légèrement cet endroit sensible, ses doigts fins remontant jusqu'à sa gorge avec lenteur et douceur... La vraie réponse franchit finalement ses lèvres.

Je permets...



_________________

Sprite by Sebastian


Dernière édition par Bellatrix Lestrange le Sam 18 Déc 2010, 02:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphus A. Lestrange
Alien, va ! Education minimum.
Rodolphus A. Lestrange

Nombre de messages : 285
Localisation : Appartement 602
Humeur : Joueuse
Date d'inscription : 09/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 30 $
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Ven 17 Déc 2010, 19:34

Si les étoiles reviennent,

Je te jure que je te les

décroche !


Les Cowboys Fringants




Le moment de l’enlacement était fort en sensations et en émotions. C’était comme un instant de fusion des deux êtres, sans confusion pour autant. La magie qui existait entre eux, une fois encore… Et l’homme serait bien resté ainsi pour le reste de la journée, à étreindre contre lui sa jolie sorcière bien-aimée sans avoir à songer à ce que le scénario prévoyait pour la suite.

Avoir son épouse dans ses bras, c’était déjà une étape formidable pour le Mangemort. Il y avait si longtemps… Son regard ne la quittait plus, il semblait se repaître de ses traits, savourer du coin de l’œil chaque parcelle d’elle…
Et puis, comme si elle avait lu dans ses pensées – ce qui, cela dit, n’était pas impossible – Bellatrix venait d’évoquer le bal de Noël auquel Rodolphus songeait un instant plus tôt…


"Je préfèrerais perdre la tête plutôt que les souvenirs de cette soirée… Tu étais la plus belle du bal, la plus attirante…"

Une beauté mystérieuse, comme aujourd’hui. Un mystère qui l’avait fait craquer, lui, le descendant de la noble lignée des Lestrange. Si le mariage n’avait pas été arrangé, il se serait battu pour pouvoir épouser la deuxième fille des Black. Il en était certain.
Ce bal de Noël avait permis un rapprochement que n’avait jamais laissé avoir lieu la salle commune de Serpentard, tout simplement parce qu’il y avait toujours un tas de gens autour d’eux. Au bal, c’était différent… Même si Lestrange avait mis énormément de temps avant d’oser aller demander à Bellatrix de l’accompagner ce soir-là. Il l’avait tellement souvent vue à l’œuvre, dans la salle commune, avec les garçons de son année qu’elle envoyait sur les roses avec une aisance impossible que la crainte d’être ridiculisé avait retardé la demande. Et puis, finalement, Rodolphus y était allé, il avait envisagé toutes les possibilités et avait fini par se dire qu’il perdrait plus en ne tentant rien qu’en essayant. Et de fait.

Portant sa belle, qui lui mordillait le cou, contre lui, le sorcier l’amena jusqu’au bord du lit, d’où tous deux pouvaient voir la fenêtre et le miroir de la chambre, une double vue qui permettait d’éveiller la vue à tout un tas de possibilités…

Quand, à l’image renversée, répondaient dans le miroir les actes qu’ils n’avaient pas vécus et les paroles qu’ils n’avaient pas aimées, il la retrouvait entière, mais il en était aussi éloigné que d’un écrit. Il avait embrassé pour elle l’arche ténébreuse et en son sein s’était assoupi, actif dormeur au rêve terrassé par la colère du corbeau. Il avait caressé pour elle la Folie et aux réponses qui le pressaient, il avait formulé des questions, cédant à une autre logique et à sa soif de non-compréhension. Le mystère de Bella s’abandonnait dans l’écorce de ses mains, son cœur non réduit, sa sève ininterrompue coulait dessous sa peau, par les pores. Il faisait nuit. Les ombres se jouaient d’eux, vivantes, tels des épis dressés, coupés, balayés par les vents et l’odeur du soleil. Il la réclamait dans la lente agonie de leurs dires.

Et Rodolphus s’était souvenu de ces corps, de ces chairs, floraison fugitive, brachylogie du temps d’aimer, regards perdus, sourires éteints, femme en aval de ses désirs noyés dans le fleuve. Il avait senti plus d’une fois l’appel de ses seins, mais sa solitude était grande et, pour une large part, non assumable.

Et Rodolphus s’était souvenu de ces mains tendues, encore innocentes, prêtes à cheminer ou éloignées déjà du feu originel, lierres qui s’entrelacent, chèvrefeuille qui se tisse, se trame, se liane. Il avait reconnu sa douleur dans le chant lancinant de la mésange, la sauvage répétition du serrurier, l’arrogante harmonie lorsque la parole devenait rectrice ou rémige. La lente agonie des contraires. Le déclin du soleil et l’avènement du temps sans ombre : comment préférer un instant à la gravité de la nuit ? Le combat était inégal.

Maintenant qu’il était là, avec elle, Lestrange se rappelait tout cela, en son for intérieur. Jamais il n’avait pris la peine, le temps ou le risque d’essayer à nouveau. Durant sa captivité, il avait souvent pensé qu’il devait y avoir beaucoup de plaisir à dormir avec cette femme, qu’il devait être doux de se réveiller avec elle à ses côtés. Plusieurs fois, il s’était surpris à songer que le soleil incendiait davantage les corps quand elle n’était pas loin. Il avait senti un brasier dans son ventre et avait cru que ses poumons allaient éclater, tant sa poitrine l’engonçait. Il n’avait pas alors su à quoi attribuer ces "nausées"… ou peut-être le savait-il trop bien et n’avait-il dès lors pas voulu s’y attarder outre mesure.

Aujourd’hui, le moment était venu. Et la réceptivité de Bellatrix était telle que l’homme ne pouvait s’empêcher de repenser à tout ce qui l’avait aidé à tenir la route après les difficiles épreuves que la vie avait placées sur son chemin. Ils étaient Rodolphus et Bellatrix Lestrange et c’était très bien comme cela.
Il caressa doucement la joue de sa belle lorsqu’il lui parla à nouveau, puis il laissa son doigt glisser jusqu’aux lèvres de la sorcière. Parler n’était pas toujours nécessaire et les corps étaient parfois capables d’exprimer mille fois mieux ce que la parole ne parvenait qu’à bafouiller. Il lui souriait et la trouvait de plus en plus désirable, comme un fruit défendu qui l’attirait depuis longtemps et qu’il s’apprêtait enfin à cueillir…


"Tu te souviens de ce qui s’est passé après le bal de Noël, cette année-là ?"

La courbe de ses hanches était parfaite. Oui, parfois, l’érotisme venait à la rescousse, comme adjuvant à l’amour ; rarement comme fin. Comme il avait toujours douté de ma capacité à aimer ces derniers temps, Rodolphus avait accueilli avec soulagement les lueurs d’admiration chez les femmes qui avaient partagé ses draps. Pour en séduire d’autres, il reconnaissait s’être servi de cette aptitude physique que les femmes perçoivent si bien. Le plaisir l’absolvait. Avec Bellatrix, c’était tout à fait différent. Le Mangemort était content d’avoir été si bien reçu et il se félicitait d’avoir pu passer outre les convenances pour cette femme qu’il aimait. Car le sentiment était le plus fort, il ne pouvait que s’y soumettre...





_________________


Au bout de mon cigare, il y a certes de la cendre, mais il y a surtout un super beau mec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellatrix Lestrange
Why so serious?
Bellatrix Lestrange

Nombre de messages : 942
Localisation : Appartement 602
Humeur : Curieuse
Date d'inscription : 16/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 1061 $
Réputation:
13/100  (13/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Ven 17 Déc 2010, 19:34


La raison de l'amour, c'est l'amour.

La raison de l'amour,

c'est qu'on aime.

Vladimir Jankélévitch


C'est anxieuse qu'elle avait attendu sa réponse, ce souffle libérateur. Cela défiait tout ce qu'il y avait de hautain et de présomptueux en elle, mais Bella craignait d'avoir accordée trop d'importance à cette nuit-là. Malgré sa maturité glaciale et son détachement cynique, elle avait été une jeune femme de dix-sept, dix-huit ans, avec tout ce que ça peut suggérer d'illusions et de fantasmes inconscients. Alors oui, elle traitait les garçons avec dédain et désinvolture, parce qu'aucun n'était à son goût, à son image, digne d'une sang-pur. La frivolité, elle la laissait à d'autres. Avec Rodolphus, les choses s'étaient passées différemment... Oh, elle lui avait joué la carte de l'ignorance agacée. Mais contrairement à d'autres, qui lâchent l'affaire ou insistent lourdement, il avait su jouer la partie "finement", disons le...

Déposée au bord du lit, elle ne libéra pas sa nuque pour autant, l'obligeant à rester tout proche afin de garder ce contact visuel, à la fois profond et sensuel... Pour la première fois depuis longtemps, elle préférait essayer de deviner ce à quoi il pouvait penser sans fouiller dans son esprit... Perspective nouvelle. Une autre sorte de jeu, et de complicité peut-être. Il l'avoua de lui-même et soulagea son cœur, il se souvenait, et saisissait même cette occasion pour la complimenter. Un sourire traversa le visage de Bellatrix puis elle recula un peu dans le lit, s'enfonçant légèrement dans le matelas...

La caresse de Rodolphus, douce comme la brise, acheva d'abaisser les défenses érigés dans l'esprit de Bella. Nul ne pouvait savoir si cet état de grâce durerait, mais qu'importe..? Ce qui est rare, est précieux. Personne n'attendrait Noël si la fête se déroulait chaque jour... Dans un geste lent et maîtrisé, ses doigts saisirent les pans du haut de son époux pour le faire s'approcher encore, encore un peu plus près. Des souffles qui se frôlent, s'effleurent, se mêlent et dont quelques mots sortent rescapés...

Oui je m'en souviens...

Le bal de Noël... Elle avait ri, beaucoup en comparaison des autres jours, peut-être plus qu'à n'importe quel autre passé à Poudlard... Il lui plaisait... Il était grand, ténébreux, avait un regard sombre et pénétrant, il lui paraissait différent des autres. Digne d'intérêt si elle écoutait la part raisonnable et dominante de son esprit, désirable, si elle prêtait l'oreille à la jeune Bella. Quoiqu'il en soit il était intéressant, et elle était disposée à passer la soirée avec lui, ce qui arriva... Ils étaient sortis dans la nuit sombre et froide, ce qui avait permit un rapprochement sensible mais notable, Bella se nichant légèrement contre le jeune homme. La discussion était aller de bon train, ils avaient abordé des sujets très divers, s'accordant sur de nombreux points qui auraient hérissés le poil de n'importe quel gryffondor... En parlant d'eux. Certains malheureux pas bien armés avaient eu le malheur de croiser leurs pas cette nuit. Ils n'étaient pas encore couple, certes, mais déjà un redoutable duo de sorciers qu'il valait mieux éviter... Elle avait ri, elle avait joué au bras de Rodolphus. Il était logique que le tout s'achève en apothéose n'est-ce pas..?
Elle n'avait rien regretté, bien au contraire. Angoissée ? Elle aurait dû, mais elle s'était sentie en confiance contre lui... Les mauvaises langues diront que l'alcool aide, mais Bellatrix était formelle : elle ne se serait offerte à personne d'autres que lui. Et cela valait toujours, tant d'années après, envers et contre tout...


Du champagne, des imbéciles avec qui jouer et...

Un sourire en coin, quelque peu malicieux, étira ses lèvres...

J'ai un léger doute,
Tu vas devoir me rappeler la suite...


_________________

Sprite by Sebastian


Dernière édition par Bellatrix Lestrange le Sam 18 Déc 2010, 02:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphus A. Lestrange
Alien, va ! Education minimum.
Rodolphus A. Lestrange

Nombre de messages : 285
Localisation : Appartement 602
Humeur : Joueuse
Date d'inscription : 09/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 30 $
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Ven 17 Déc 2010, 19:35

She means the world to me


Puggy




Quand il y repensait, Rodolphus avait eu de la chance. Il suffisait de voir comment, lors des années Poudlard, Bellatrix envoyer les garçons se faire voir chez les cracmols pour savoir que Lestrange avait eu une occasion inouïe de pouvoir tenter sa chance auprès d'elle. Oh, bien sûr, il avait fallu le temps, il avait fallu de la patience, un calme olympien et suffisamment d'auto-dérision, car si la belle n'était pas farouche, elle était tout de même quelque peu sauvageonne dans son genre. En s'approchant d'un peu trop près, beaucoup avaient pu découvrir cet aspect de la personnalité de Bella.
Oui, Rodolphus avait eu l'occasion d'apercevoir cela, lui aussi, mais il n'avait pas réagi comme les autres. Un petit rictus en coin, une réplique humoristique et bien trouvée.
Les rencontres suivantes avaient été plus favorables.

Le visage de l'homme à quelques centimètres à peine de celui de son épouse... une situation dans laquelle les souffle se mêlaient, s'emmêlaient, s'entremêlaient pour ne former qu'un... Et les paroles de Bellatrix qui résonnaient comme le son des orgues dans un sanctuaire de pierre... Une répercussion sonore qui semblait dotée d'un puissant pouvoir hypnotique...
Elle se souvenait... évidemment. Il était connu et reconnu que les femmes n'oubliaient pas ce genre de choses. Surtout s'il s'agissait d'un moment important... d'une première fois...

Mais la Mangemorte parla de ce qui avait précédé tout cela. Il était évident que ce bal de Noël était le meilleur moment que Rodolphus avait passé à Poudlard. Il surpassait tout le reste, vraiment. Notamment parce que ce soir-là, Bellatrix et lui avaient passé une nuit formidable ensemble.
Avec un sourire en coin, Lestrange allait surenchérir... mais sa femme ne lui en laissa pas le temps puisqu'elle aborda directement la suite des réjouissances.


"La suite... Je peux te la rappeler même sans paroles..."

Il se pencha sur la bouche de sa femme et y déposa un langoureux baiser qui lui donna l'impression d'embrasser la liberté. Puis, il mit fin à ce baiser et caressa la joue de Bellatrix de l'index de sa main droite et murmura les paroles qu'il lui avait dites ce soir-là :

"Les relations humaines sont ridicules... mais nous deux, nous sommes bien au-dessus de cela, n'est-ce pas ?"

Ce n'était pas vraiment une déclaration d'amour, celle-ci n'était venue que plus tard, mais il y avait déjà quelque chose dans ces propos qui laissait entendre que le couple Lestrange n'était pas comme les autres, et dès le moment où l'un et l'autre s'étaient trouvés, il n'y avait plus que Bella qui avait compté pour Rodolphus. Le reste, il s'en fichait comme de son premier grimoire.

Le Mangemort, toujours très proche de son épouse, l'embrassa dans le cou, juste au creux que forment l'épaule et le cou, juste au-dessus de la clavicule.


_________________


Au bout de mon cigare, il y a certes de la cendre, mais il y a surtout un super beau mec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellatrix Lestrange
Why so serious?
Bellatrix Lestrange

Nombre de messages : 942
Localisation : Appartement 602
Humeur : Curieuse
Date d'inscription : 16/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 1061 $
Réputation:
13/100  (13/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Jeu 30 Déc 2010, 01:34


J'étais si près de toi

que j'ai froid près des autres

Paul Éluard


Fébrile, elle éprouvait des sentiments contradictoires qu'elle ne parvenait à s'expliquer qu'avec difficulté. Tant d'années avaient passé... Tant d'épreuves, tant de solitude. Dans le froid de sa cellule à Azkaban, Bellatrix avait oublié ce qu'était la chaleur d'une étreinte, et la douceur d'un baiser. L'évasion et les évènements qui suivirent ne lui avaient pas laissé non plus l'occasion de reprendre possession de ces sensations perdues, qu'elle croyait oubliées. Jusqu'à ce soir. Jusqu'à cette nuit où elle semblait revoir son mari pour la première fois depuis des siècles... Pourtant, ils partageaient tellement de souvenirs ensemble... Comme celui du bal qu'ils se remémoraient l'un et l'autre, chacun privilégiait certains détails, mais tout deux gardaient l'essentiel... Ils s'étaient aimés, sincèrement, passionnément. Et rien ni personne, pas même eux, ne pouvaient le nier.

Cette phrase qu'il lui rappela raisonna au fond de sa mémoire, raviva des sensations puissantes, éternelles. "Nous sommes bien au-dessus de cela"... Ses doigts se posèrent en douceur son visage, qu'elle dessina avec délicatesse, traçant ses traits avec agilité et une certaine passion quasi-artistique... Depuis combien de temps n'avait-elle pas réalisé à quel point il était beau ? Elle avait toujours adoré cet air noble qui était le sien, cette grandeur dans chaque geste, mesuré et puissant. Azkaban avait été dur, quinze années avaient passé... Mais Rodolphus ne lui paraissait presque pas changé, sans doute ses traits étaient-ils plus durs, plus droits... Ce qui n'était, au fond, pas pour lui déplaire.

Lâchant un soupir grave quand il glissa ses lèvres dans son cou, les siennes descendirent jusqu'au creux de son oreille pour y souffler quelques mots, les mêmes qu'à leur première nuit d'amour... Une nouvelle preuve s'il en fallait encore, de la force et de l'importance des moments qu'ils avaient partagé.

Nous sommes au-dessus de tout, monsieur Lestrange...
Mais je crois que vous êtes en mon pouvoir

Un fin sourire étira ses lèvres et éclaira son visage d'une aura presque malicieuse. Mais bien malin celui qui pouvait dire réellement qui était sous l'emprise de l'autre, n'est-ce pas ?

Lentement, elle avait cherché à se rapprocher de lui, encore et encore, libérant son corps d'homme de ce qu'elle jugeait inutile en ce moment d'intimité... Voilà l'un des rares moments où l'impatience de Bella se muait en une passion difficilement arrêtable, et qu'elle ne cherchait pas de toute manière à réfréner cette nuit... Découvrant, ou plutôt redécouvrant le corps de son époux, elle profitait de chaque seconde et centimètre carré offert à ses lèvres et ses mains, charmée de plus en plus par le parfum et le goût de sa peau.

Tout n'était plus que sensualité, et pour rien au monde Bella n'aurait échanger cet instant dans leurs draps...


_________________

Sprite by Sebastian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphus A. Lestrange
Alien, va ! Education minimum.
Rodolphus A. Lestrange

Nombre de messages : 285
Localisation : Appartement 602
Humeur : Joueuse
Date d'inscription : 09/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 30 $
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Jeu 30 Déc 2010, 22:24

Aussi nombreux soyez-vous

Je vous oublie, je m'en fous

Tant je me dis

Mon Dieu que j'l'aime


William Sheller




On a beau avoir une réputation sulfureuse d'homme cruel, de sorcier sans pitié ou de bourreau sans coeur, dans certaines situations, la douceur est bien plus flagrante que tout cela. Rodolphus, lorsqu'il était avec son épouse, avait toujours été un homme tendre et amoureux. C'était venu très vite, avant même leur mariage, arrangé par deux familles de sang pur désireuses de perpétuer la pureté en unissant leurs descendances respectives.
Et si les années de mariage n'avaient pas été particulièrement joyeuses, il y avait eu des temps forts dans le couple. Et rien que pour ces moments-là, Rodolphus pouvait s'estimer heureux. Le passé ne comptait plus, la Cause n'était qu'un souvenir et pour quelques heures, il n'y avait qu'eux, Bellatrix et Rodolphus, et leur union. Les frissons semblaient venir d'eux-mêmes, provoqués par un tas de pensées associées à des gestes. Et parfois aussi à des paroles empreintes d'un tas de souvenirs qui appartenaient aux meilleurs parmi les meilleurs pour l'homme.

La première fois que Bella lui avait dit ces mots, Lestrange avait été tenté de réagir de plusieurs manières. A l'époque, il avait d'abord songé à montrer que non, il était le seul maître de lui-même... mais cela ne convenait pas. Il avait voulu aussi approuver tout à fait ces paroles, mais il y avait un couac, là aussi : il n'allait pas se jeter aux pieds de la jeune fille, ce n'était pas son genre. La solution avait été un demi-contournement, accompagné d'une caresse délicate de la joue de la belle.


"Si ce n'est qu'une croyance, c'est qu'il vous reste une part de doute, miss Black... et à ce stade, je ne vois qu'une seule manière de faire cesser tout ce trouble pour décider de ce qu'il faut croire..."

Le vouvoiement entre eux, lorsqu'ils étaient à Poudlard, c'était une manière de montrer à tous les autres à quel point ils étaient dérisoires. A l'école, on vouvoyait les professeurs, ceux qui étaient supérieurs aux élèves. Et eux, jeune couple promis à un avenir glorieux et sanglant, il se vouvoyaient pour marquer leur supériorité par rapport aux autres, mais aussi par jeu. Le vous avait un côté terriblement attirant... cela faisait penser à l'interdit, à ce que l'on brûlait de transgresser...

Un mélange de passé et de présent, finalement, c'était tout à fait cela. Il suffisait de peu de choses : un élément renvoyait le sorcier dans des souvenirs qui avaient à l'heure actuelle une saveur toute authentique. Des souvenirs sur lesquels il était possible de se baser pour reconstruire une vie.
L'homme avait vu que c'était possible lorsqu'ils s'étaient évadés d'Azkaban. A présent, dans cette ville moldue dont il ignorait jusqu'au nom, Rodolphus sentait que ces fameux souvenirs seraient à nouveau une fondation idéale pour bâtir une vie neuve et différente. Même si cet appartement n'avait pas grand-chose à voir avec leur manoir.

Lestrange, une main dans les cheveux de son épouse, l'autre posée sur sa hanche, ne se lassait pas de la regarder. Le passé était le passé, à présent, ils pouvaient envisager les choses autrement.
Même ici, Rodolphus croyait fermement qu'il était encore possible d'être heureux. Bella, peut-être sans le savoir, le poussait à garder et à cultiver cet espoir.
La main de l'homme traçait doucement les formes de son épouse et, couché près d'elle, dans ce nouveau lit conjugal - un lit moldu, mais qui, étrangement, offrait tout de même un peu de confort - il se laissait redécouvrir encore et encore par les mains et les lèvres douces de sa chère et tendre.


"Suis-je en ton pouvoir ou es-tu à ma merci, Bella ?"

Les choses avaient un peu changé, certes, mais finalement, à force de partager la vie l'un de l'autre, peut-être ce fameux pouvoir avait-il envoûté les deux êtres, les liant l'un à l'autre pour une vie à deux qui aurait pu durer une éternité.

_________________


Au bout de mon cigare, il y a certes de la cendre, mais il y a surtout un super beau mec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellatrix Lestrange
Why so serious?
Bellatrix Lestrange

Nombre de messages : 942
Localisation : Appartement 602
Humeur : Curieuse
Date d'inscription : 16/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 1061 $
Réputation:
13/100  (13/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Lun 03 Jan 2011, 02:26

Spoiler:
 

Je m' dis qu'aujourd'hui

tout ira bien

William Sheller


Tous ces souvenirs...
Gardés dans un coin de sa mémoire et de son cœur, Bellatrix avait mis longtemps avant de les chérir à leur juste valeur. On pourrait penser que dans le froid glacial des cellules d'Akaban, elle n'aurait eu que ça à penser, des bons moments auxquels se rapprocher coûte que coûte... Pourtant ça n'avait pas été le cas, elle avait au contraire tout fait pour ne pas y penser, se concentrant sur sa future tâche auprès de son maître... Peut-être tout simplement pour que les Détraqueurs ne lui volent pas ces instants si précieux.

Désormais, elle avait tout le loisir de se repaître de chaque seconde qu'elle pouvait se remémorer. Les temps de Poudlard se mélangeaient à ceux de conquête, de montée en puissance avec leur maître, quand son mari et elle -et à son grand dam, Rabastan- avaient torturé ceux qui osaient se dresser contre eux... ensuite ? Tout avait été si confus... Azkaban... La libération... La remontée... Et à nouveau la chute... Cette folle de Weasley, et le noir... La mort ? Elle s'était alors réveillée dans les bras de son mari. Et depuis, elle n'avait jamais été autant contre lui.

Plongée dans le monde des moldus, la présence de Rodolphus était à ses yeux ce qu'il y avait de plus puissant et protecteur pour elle. C'est dans cet univers hostile qu'elle réapprenait toutes les subtilités de ce qui ressemblait à une vie de couple, bien que ce soit un couple tout à fait unique. Son visage niché dans sa nuque et une main sur son torse, elle profitait pleinement de chaque seconde... Le sentant faire, elle esquissa un sourire, qui s'agrandit encore à ces quelques mots qu'il prononça... Les ramenant une nouvelle fois en arrière, à une époque révolue et pourtant si proche. Lentement elle se hissa sur ses avants-bras, se rapprochant de ses lèvres pour murmurer contre elles.

Nous avons été envoutés tous les deux je crois... Pour une fois nous avons manqué de vigilance Rodolphus mais... Finalement... C'est quelque chose de plaisant...

Avec douceur ses lèvres rejoignirent les siennes et ses mains sa nuque, une proximité presque adolescente pour une femme qui, derrière ses grands airs, gardait une candeur toute naturelle. Du moins, nouvellement, et seulement pour les yeux de son mari.

Tu crois que nous allons rester longtemps ici ?

Signe d'impatience ? Pas vraiment à vrai dire, puisqu'au final Bella s'ennuyait beaucoup moins qu'elle le craignait dans cet immeuble. Toutefois elle restait perturbée par "l'accident Weasley" et avait besoin de quelques certitudes dans le flou ambiant. Savoir s'ils resteraient ici plus que quelques jours de vacances faisait partit des points à éclairer...


_________________

Sprite by Sebastian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphus A. Lestrange
Alien, va ! Education minimum.
Rodolphus A. Lestrange

Nombre de messages : 285
Localisation : Appartement 602
Humeur : Joueuse
Date d'inscription : 09/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 30 $
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Jeu 06 Jan 2011, 20:36

J'étais parti. Pardonne-moi.

Notre ciel devenait si lourd


William Sheller




Le passé donnait sa saveur au présent. Cette bête phrase, qui semblait n’être qu’une assertion pseudo-poétique, comportait finalement du vrai. Pouvoir, en ce moment précis, songer à tout ce qu’ils avaient vécu ensemble et séparés par des murs gris, à tout ce qu’ils avaient accompli pour le Seigneur des Ténèbres, pour l’honneur et la pureté… penser à tout cela et profiter pleinement du moment présent. Rodolphus pouvait savourer cette vie nouvelle et, vraiment, partager avec son épouse des sentiments qu’il avait eu l’impression d’être le seul à nourrir. Pendant longtemps, il avait eu l’horrible crainte de n’être que « l’homme qui ne serait jamais heureux », celui qui aimait une femme dont il ne pourrait jamais espérer aucun sentiment en retour…
Oui, sans les récents événements, Rodo aurait continué à vivre prisonnier d’un désir inassouvi. Il serait, comme Severus l’avait été avant lui, un homme inachevé… Avec des désirs d’amour partagé, des désirs de complicité… tous les désirs d’un homme incomplet, un quasi homme qui n’attendait que sa moitié. Le monde dans lequel le couple Lestrange s’était retrouvé aujourd’hui semblait, étrangement, permettre la réalisation de ces souhaits profondément enfouis au cœur de l’homme. Et il avait l’impression, ici, de retrouver son épouse après des années de séparation… pourtant, techniquement, à part les quinze années passées à Azkaban, ils s’étaient déjà retrouvés. Malgré cela, allez savoir pourquoi, Rodolphus vivait l’instant présent comme une nouvelle nuit de noces, comme s’il n’avait attendu que ce moment-là depuis toujours…
Bon ! Est–il vraiment nécessaire de s’appesantir sur ces retrouvailles ? Oui ? OK …Oh Key ! … clef de l’amour, clef qui ouvre la serrure qui grince, clef qui ouvre toutes les portes, même celles qui ne devraient pas s’ouvrir. Désirs… Désirs d’amour partagé, désirs de complicité, tous les désirs d’un homme accompli, un homme qui d’un quasi amour avait obtenu un amour entier.
Car oui, le monde moldu, aussi abhorré fût-il par le sorcier, avait ceci de positif qu’il avait fini par lui apporter quelque chose que le monde magique n’avait jamais pu lui offrir. C’était bizarre de se dire cela, mais, pour une fois, la molducité avait du bon. Enfin, d’une certaine manière, n’allez pas mal interpréter ces mots, je vous prie.
Et puis, après tout, pourquoi penser à cela alors que l’instant présent a une toute autre saveur, mmmh ? L’alchimie des rencontres, l’osmose dans un couple… tout cela était tellement meilleur ! Ici-même, dans cet immeuble, dans cet appartement du sixième étage, dans cette chambre, même, Rodolphus Lestrange pouvait à nouveau goûter aux délices de la vie conjugale. Enfin « à nouveau »… pour peu qu’il ait pu vraiment y goûter plus tôt dans sa vie, car avec une femme aussi dévouée à la Cause que Bellatrix, les ébats amoureux n’étaient pas la priorité du tout dans le couple.
À présent, les choses avaient évolué, il ne restait qu’eux, il n’y avait plus qu’eux deux, ensemble, au beau milieu d’une masse de gens dénués de pouvoirs magiques.


"Tu prêches à quelqu’un de convaincu, Bella… depuis déjà bien des années…"

Impossible de se rappeler quand il avait commencé à l’aimer, mais, en ce qui le concernait, Rodolphus était bien décidé à ne jamais arrêter d’aimer sa femme. Pour le meilleur et pour le pire, depuis toujours. La promesse faite devant l’autel, il l’avait renouvelée maintes et maintes fois et rien n’y avait changé quoi que ce soit.
Ce soir, avec sa belle nichée contre lui, dans une atmosphère bien différente de celle dont ils avaient tous deux eu l’habitude, Lestrange aurait bien volontiers renouvelé encore ce vœu. Après tout ce qu’ils avaient traversé, ensemble ou séparés, l’amour que Rodolphus portait à sa femme était tout ce qu’il lui restait vraiment de son ancienne vie et, à vrai dire, s’il avait eu le choix, c’est bel et bien cela qu’il aurait conservé. La question de Bellatrix… L’homme se l’était posée à plusieurs reprises. Il ne put résister à l’envie d’embrasser son épouse, doucement, avant de reculer à peine ses lèvres, quelques centimètres tout au plus, pour lui répondre…


"Pas moins de quelques mois, Bella… Nos têtes sont mises à prix en Angleterre, il faut attendre que les choses se tassent. Ici, nous sommes en sécurité. Ça prendra le temps qu’il faudra, mais nous finirons bien par retrouver notre manoir… Un jour ou l’autre…"

A ce stade, le sorcier n’avait aucune certitude sur le sujet. Mais il gardait espoir. Tout n’était pas perdu et il restait persuadé qu’un jour, leur vie commune récupérerait ses lettres de noblesse.

_________________


Au bout de mon cigare, il y a certes de la cendre, mais il y a surtout un super beau mec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellatrix Lestrange
Why so serious?
Bellatrix Lestrange

Nombre de messages : 942
Localisation : Appartement 602
Humeur : Curieuse
Date d'inscription : 16/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 1061 $
Réputation:
13/100  (13/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Dim 16 Jan 2011, 03:47


Temps passés

Trépassés

Apollinaire


Ainsi nichée contre son mari, Bellatrix s'interrogeait. Comment avait-elle pu être aussi aveugle ? Était-ce volontaire, ou une indifférence incontrôlée au vu des évènements ? Elle parlait d'elle, de ses sentiments, et pourtant elle n'arrivait absolument pas à faire la part des choses. Du temps de la Cause, tout était très clair. Limpide. Se détourner de cet objectif unique qui l'avait obsédé toute sa vie la faisait se confronter à une réalité toute autre, toute personnelle, toute... Compliquée. Quand on est amené à n'adorer qu'une entité, on oublie le reste, et tout devient simple. La richesse de l'existence lui apparaissait distinctement à présent, et c'était quelque chose d'excitant et terrifiant à la fois. Ivresse nouvelle, qui lui faisait tourner la tête, et faisait valser les draps, également.

Rodolphus lui rappela l'évidence qui lui avait échappé jusque là, en toute simplicité. Lui, n'avait jamais douté d'eux. Lui, l'avait toujours aimé malgré tout. Lui... Hum. Comment exprimer cette envie de l'en remercier, sans perdre la face, sans avoir l'air ridicule ? Son ego ne supporterait pas la niaiserie qui pourrait se dégager des propos de l'épouse conquise. Elle était Bella, et entendait le rester. Il était peut-être encore plus malvenu de lever fièrement le menton dans un pareil moment, elle s'en doutait, et du coup n'osait pas bouger. Que dire, que faire ? Il faut être naturel en amour, on ne le dira jamais assez, mais tout de même... Elle ne pouvait pas rester comme ça, dans l'inaction, ce n'était pas elle non plus. Partagée, c'est dans un élan de "courage" qu'elle murmura finalement :

Mais les convictions s'effritent parfois avec les années, il est bon de les raviver...

Disant cela, elle se rapprocha un peu plus de lui et de ses lèvres. C'est en cet instant de proximité si tangible qu'elle osa poser la question qui trottait dans son esprit, non sans une certaine appréhension tout de même. Elle ne détestait finalement pas tant que ça ce monde moldu, ici, elle avait la paix. Certes, elle appréciait le vent de terreur qui bordait ses pans auprès des sorciers, mais un peu de sérénité ne pouvait pas lui faire de mal.

La réponse de Rodolphus ne tarda pas. Le choc de la révélation fut amorti par le baiser qu'il lui donna... Mais tout de même. Elle savait bien que ce serait long, probablement très long, mais ces quelques mots étaient si... Évasifs... Ils laissaient sous-entendre qu'il pourrait même n'y avoir aucun retour. La situation était-elle aussi dramatique ? Les mangemorts n'existaient plus ? Voldemort..? Bella s'était laissée bercer par l'ignorance, une belle et douce ignorance, et elle se réveillait maintenant peu à peu... Le monde qu'il avait quitté ne s'était pas arrêté en leur absence. Malheureusement.

Tu n'es pas sûr...

Ce n'était pas dit sur un ton de reproche, c'était presque une réflexion pour elle-même, lâchée sans faire véritablement attention... Elle plongea alors son regard dans le sien, la tête plein de questions qu'elle avait délibérément occulté jusque là.

Rodolphus... J'ai du mal à me rappeler cette nuit-là.
La bataille, à Poudlard...

Il y avait tellement de choses à demander, tellement de choses qu'elle ne saisissait pas vraiment... Ne voulant pas l'assommer avec ses questions, elle se contenta d'une seule qui lui laisserait le champ libre :

Qu'est-ce qui s'est passé ?


_________________

Sprite by Sebastian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodolphus A. Lestrange
Alien, va ! Education minimum.
Rodolphus A. Lestrange

Nombre de messages : 285
Localisation : Appartement 602
Humeur : Joueuse
Date d'inscription : 09/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 30 $
Réputation:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Ven 11 Fév 2011, 20:16

She seems to have an invisible touch...


Genesis




Depuis combien de temps ce couple ne s'était-il pas retrouvé de cette manière, en prenant le temps de se découvrir l'un à l'autre et de redécouvrir le corps en plus de la personnalité ? A la réflexion, Rodolphus ne savait même pas si lui et Bellatrix avaient vraiment pris le temps de la découverte. Dans le monde sorcier, ils avaient été mariés l'un à l'autre, parce que leurs familles en avaient décidé ainsi. Et lui, Lestrange, qui aimait son épouse depuis des années n'avait pas été déçu du choix de ses parents. Seulement, du côté de Bella, c'était nettement moins clair. Elle portait en elle tout le mystère de la féminité, avec des aspects plus secrets encore. Que pensait-elle? que ressentait-elle ? Rodo avait beau être un bon legilimens, son épouse était une très bonne occlumens. Et puis, apprendre cela d'elle en fouillant dans son esprit, ce n'était pas la même chose que si cela venait d'elle.
Penchant fondamentalement vers le romantisme et la tendresse, Rodolphus s'était adapté. Commettre des violences et des meurtres, c'était bien peu de choses... tant que cela apportait à Bella son magnifique sourire, l'homme était capable de tout. Il avait fini par y prendre goût et le fait de former un trio redoutable avec sa femme et son frère, ça avait été comme un couronnement.

En cela, les deux époux étaient sans doute très différents. Lestrange avait suivi sa bien-aimée pour servir la Cause et travailler à la mise en place d'un Ordre Nouveau. Mais au fond de lui, c'était pour elle qu'il avait fait cela. Si elle lui avait, à l'époque, demandé de se déguiser en canard rose pour lui plaire, il l'aurait fait.
Être au service du Seigneur des Ténèbres, ça vous change un homme. Rodolphus avait changé, durant toutes ces années. Quinze années passées à Azkaban, certes, mais il ne fallait pas oublier tout ce qui s'était passé avant. L'engagement solennel qu'il avait pris, peu après son mariage. La magie puissante qui lui avait été enseignée. Les arts sombres de la torture... Il avait fini par y prendre goût. On s'habitue à tout, dit-on, peut-être n'est-ce pas tout à fait faux.
Et maintenant, dans cet hostile monde moldu, le sorcier commençait à prendre goût à une vie nouvelle. Différente.


"Oh, mais ne te gêne pas, ravive tout cela, je suis sûr que je vais apprécier..."

Un sourire en coin, il passait doucement les doigts dans les cheveux de son épouse. Et le baiser qu'ils échangèrent remplit l'homme d'un profond sentiment de bien-être. Même dans les pires moments de la vie, ce genre de petit geste intime pouvait conférer un peu de chaleur à n'importe quelle situation.
Cependant, la magie du moment fut suspendue quelques instants. Les circonstances n'étaient pas favorables à un retour dans le monde sorcier. Loin de là, même. Et Rodolphus aurait voulu préserver sa femme de tout cela. Non, il n'était pas sûr. Et la plupart de ses certitudes s'étaient écroulées avec la chute du Seigneur des Ténèbres... et le moment où la vieille rouquine traître à son sang avait failli tuer Bellatrix.


"Non, je ne suis pas sûr. La seule certitude qu'il me reste, c'est que nous avons beaucoup de chance d'avoir pu fuir ensemble."

Il aurait pu prononcer d'autres mots, lui dire qu'il l'aimait ou ce genre de chose. Mais Lestrange ne l'avait pas fait. Et grand bien lui en prit, car la question qui suivit lui fit l'effet d'un couteau posé sur la gorge. Il fallait qu'il réponde, qu'il dise la vérité à Bellatrix. Mais il craignait ce qu'un tel choc pourrait lui infliger comme souffrances. Or, Rodolphus ne tenait certainement pas à ce que son épouse souffrît, jamais.
La regardant dans les yeux, il soupira brièvement, puis apporta quelques explications.


"Nous avons perdu cette bataille. Les maléfices partaient dans tous les sens. Il y a eu beaucoup de morts, des deux côtés... et assez bien de blessés graves..." Bella avait été blessée. Elle n'était pas morte, sinon, ils ne seraient pas ici ensemble. "La femme Weasley a essayé de te tuer, Bella. Il s'en est fallu de peu. Je ne sais plus exactement ce qui s'est passé, j'ai agi comme un fantôme, sans réfléchir. La bataille était presque finie, tout le monde était dehors, et je t'ai emmenée avec moi au manoir. Avant de venir ici, le temps de nous reconstruire tous les deux dans un climat moins malsain pour nous..."

_________________


Au bout de mon cigare, il y a certes de la cendre, mais il y a surtout un super beau mec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellatrix Lestrange
Why so serious?
Bellatrix Lestrange

Nombre de messages : 942
Localisation : Appartement 602
Humeur : Curieuse
Date d'inscription : 16/12/2010

Feuille du personnage
Relations:
Portefeuille: 1061 $
Réputation:
13/100  (13/100)

MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   Lun 21 Mar 2011, 00:27


Puis après, comme moi,

souffre et meurs sans parler

Alfred de Vigny


Qu'elle aurait préféré passer encore du temps à "raviver tout cela"... Mais l'heure n'était pas, plus, à ces tendres retrouvailles d'un couple qui s'était quelque peu perdu de vue, pour différentes raisons... Bellatrix n'avait jusque là pas posé de questions, pas même à son réveil après la bataille de Poudlard. C'était comme si son subconscient rejetait en bloc la simple possibilité qu'elle ait pu tomber au combat, ou pire, qu'ils aient pu perdre cette guerre... Ils étaient prêts, et avaient prévu cette échéance des années durant, ils ne pouvaient alors que remporter la victoire... Tout autre scénario relevait du mythe pour la sorcière. Jamais Voldemort n'aurait permis un tel affront...

Cependant... La vérité finit toujours par tarauder l'esprit. A mesure que les jours passaient et qu'elle et son mari restaient dans ce monde des moldus, Bellatrix s'interrogeait. Pourquoi ne célébraient-ils pas la victoire auprès des leurs ? Pourquoi ne savouraient-ils pas ce succès bien mérités en lavant leur univers de tous les impurs qui l'avaient infesté..? Pourquoi toujours ici, pourquoi seuls, pourquoi..?

Parfois, elle se trouvait sotte. Toutes ces questions, elle aurait dû se les poser bien avant, n'était-ce pas le comportement d'une enfant de repousser ainsi l'inévitable..? Mais cette pensée la brûlait de l'intérieur, la tourmentait, lui donnait l'envie d'hurler et déchirait son âme... Ils avaient perdu. Sinon, sinon... Ils seraient en ce moment chez eux. Ils boiraient du champagne en comparant leur nombre de sangs de bourbe tués. Ils ne se retrouveraient pas dans un immeuble plein de moldus étranges, à cacher leurs pouvoirs et leur pureté... Il y avait quelque chose, quelque chose qu'elle se cachait, et dont Rodolphus voulait l'épargner. Cette chose la terrifiait. Cette chose... Sentait la mort et la médiocrité.

Mais il fallait l'affronter. Avec fierté, comme toujours. Le regard droit, le menton légèrement levé, ou du moins c'est ainsi qu'elle s'était représentée, elle avait demandé à Rodolphus la vérité, rien que la vérité. Elle aurait été incapable de concevoir à quel point elle pouvait être terrible. Muette, elle écouta son époux qu'ils avaient eu de la chance... Par Salazar, des sorciers comme eux n'avaient pas besoin de chance ! Et puis il lui expliqua, choisissant ses mots, qu'elle était tombée dans un combat, parmi d'autres mangemorts... Qu'ils avaient fui... Qu'elle avait faillit mourir... A cause de Molly Weasley. Molly Weasley. Avec une indignation démesurée, la voix tremblante et le corps tendu, elle répliqua :

Je n'ai pas pu perdre contre Weasley !

Perdre... Il y avait déjà là de quoi faire toute une comédie. Mais contre elle... Cette "femme"... Cette chose sans aucune étoffe, aucun charisme, petite créature soumise à un mari lamentable, bonne qu'à enfanter des petits monstres tous traîtres à leur sang... Adorateurs de moldus pathétiques... Impossible. Ces gens-là n'avaient pas pu ne serait-ce que l’égratigner, elle leur était bien trop supérieure...

Si les maléfices allaient en tout sens... Tu as dû mal voir. Ce n'était pas celui de.. De cette ridicule Weasley qui a pu m'atteindre. Elle ne sait surement même pas se servir d'une baguette

Si elle se voilait la face ? Bien sûr... Si c'était mieux pour sa santé ? A voir...

Les choses étant mises au clair, elle pouvait se préoccuper du reste. Plus particulièrement de leur fuite, que Rodolphus lui avait brièvement expliqué. Elle ne voulait pas paraître ingrate, aussi elle souffla d'une voix adoucie et apaisée :

Merci Rodolphus...
Mais dis-moi, comment as-tu eu l'idée de venir ici ?

Leur Seigneur ? Les autres mangemorts ? Rabastan ? Narcissa ? Ces questions-là suivraient bien vite...


[C]

_________________

Sprite by Sebastian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Troubles et Sombres pensées... [Rodolphus]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seul et sage pensée!
» Pensée solitaire sur le toit... [Libre]
» Perdu dans ses pensées et son manteau...
» La mort est douce : elle nous délivre de la pensée de la mort.
» Mauvaises pensées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
109, rue du Septième Art :: L'immeuble et ses environs :: 
Lieux privés
 :: Appartements :: 6e étage :: Appartement 602
-
Sauter vers: